Un ciment qui génère de la lumière

Au cours des dix dernières années, le développement de nouvelles approches dans le demaine de la construction, étroitement liées à l’efficacité énergétique, ont permis l’émergence de nouveaux matériaux dont une ou plusieurs propriétés ont été modifiées, de manière contrôlée et partielle, par des stimuli externes tels que les rayonnements, la température, le pH, l’humidité, le vent et d’autres facteurs environnementaux.

Dans la lignée de ces nouvelles approches de la construction, le Dr José Carlos Rubio Ávalos de l’UMSNH de Morelia a développé un ciment capable d’absorber et d’irradier l’énergie lumineuse, ce qui lui confère une plus  grande fonctionnalité et une plus grande polyvalence, pour une efficacité énergétique accrue.

Le nouveau matériel intelligent développé par Rubio Ávalos a de multiples  applications mais celles que l’on retiendra en priorité pour l’architecture sont les façades, piscines, salles de bains, cuisines, parking, etc. Il serait également utile pour la sécurité routière et les panneaux routiers, le secteur de l’énergie, comme les plates-formes pétrolières, et partout où l’on souhaite illuminer ou marquer des espaces qui n’ont pas accès à l’électricité, car il ne nécessite pas de système de distribution électrique et ne peut être rechargé qu’avec de la lumière. La durabilité du ciment émettant de la lumière est estimée à plus de 100 ans grâce à sa nature inorganique et ses composants matériels sont facilement recyclables.

La caractéristique essentielle de ce nouveau matériau est obtenue par un procédé de polycondensation de matières premières (silice, sable de rivière, déchets industriels, alcali et eau). Ce processus, selon l’inventeur, est effectué à température ambiante et ne nécessite pas une forte consommation d’énergie. La pollution produite lors de  la fabrication est faible par rapport à d’autres types de ciment L’inventeur souhaitait que la lumière pénètre le matériau jusqu’à un certain niveau. Dans le cas du ciment conventionnel Portland, il n’y a pas cette capacité car, lorsque la lumière atteint la surface, elle ne peut pas la pénétrer, explique Ávalos.

En rechargeant le matériau à l’aide de lumière naturelle ou artificielle, l’inventeur espère offrir de nouvelles fonctionnalités à l’élément de construction le plus utilisé au monde, le ciment, et ainsi réduire la consommation d’énergie générée par les systèmes énergétiques actuels.